Ma pratique de la psychanalyse

La méthode que je pratique est basée sur une écoute bienveillante, neutre et sans jugement de la parole du patient permettant la compréhension de ses souffrances afin qu’il puisse les dépasser pour revivre.

Cette écoute reste « active » en raison du dialogue en face-à-face instauré entre l’analyste et l’analysant.

De ce fait, elle est ainsi accessible à tous et reste proche des préoccupations de l’individu d’aujourd’hui vivant dans un monde souvent difficile mais aussi plein de « richesses » pour celui qui sait les accueillir.

Face à des problématiques plus anciennes, un travail plus en profondeur de reconstruction psychique pourra être poursuivi sur le « divan », afin d’échapper aux conditionnements qui limitent le sujet dans sa liberté d’être et lui permettre d’accéder à son propre désir.

Mon travail avec les jeunes enfants, dont le vocabulaire est réduit, se fait par l’intermédiaire de jeux, de dessins qui vont leur permettre d’exprimer leurs angoisses et leurs peurs afin de les comprendre.

Donner à l’enfant les moyens de « parler » permet de dénouer des situations ou des traumatismes qui risquent de se fixer et de le freiner dans un développement épanouissant.

En effet, face à des angoisses non résolues, l’enfant va mettre en place des mécanismes de défense qui persisteront à l’âge adulte, alors qu’ils n’ont plus lieu d’être, modifiant ainsi toute sa perception du monde et le bloquant dans ses réalisations futures : névrose d’échec, névrose de destinée, peur de l’abandon, peur des autres etc.

Être heureux, c’est pouvoir régulièrement faire les choix nécessaires qui nous permettent de profiter pleinement d’une situation, sans culpabilité, et accéder ainsi à la sérénité.